• Mathilde Maillard

Êtes-vous Bien Dans Votre Thèse ?

Mis à jour : 28 sept. 2020

Nous y voilà ! Le tout premier article de ce site internet. Ces derniers mois ont été très particuliers. Comme vous le savez, nous avons traversé une crise inédite qui a totalement chamboulé nos vies. De mon point de vue, ma vie de doctorante n'a pas été épargnée. Mais en plein milieu de cette tempête, une belle éclaircie est apparue.

Me voilà confinée ce 17 mars 2020, à la moitié de ma thèse. Les plans d'expériences étaient prêts, c'était l'année de l'expérimentation. C'était le moment où jamais de générer des résultats pour pouvoir enrichir mon manuscrit de thèse. Mais comment obtenir ces résultats lorsque le laboratoire ferme? La panique s'est alors doucement installée. De nature hyperactive, il était pour moi hors de question de ne rien faire pendant ces deux mois. J'étais encore loin de la phase de rédaction, les résultats étaient peu nombreux et j'étais déjà trop avancée pour me (re)plonger dans de la lecture bibliographique de début de thèse. Je pense qu'à ce moment-là, j'ai ressenti le besoin de créer, de faire quelque choses de mes journées, quelque choses d'utiles et qui me ferait oublier cette panique. C'est dans cette période très particulière, et difficile que Bien Dans Ma Thèse est née.


La genèse du projet


En réalité, Bien Dans Ma Thèse a débuté le deuxième jour de mon doctorat, en septembre 2018. J'ai tourné une vidéo face cam qui s'intitule "Pourquoi et comment faire un Doctorat". Cette vidéo est encore en privé, je n'ai jamais osé la publier me disant qu'elle n'intéressera personne. C'est seulement un an plus tard que mon amie, mon mentor, Elodie Chabrol me poussa finalement à rendre ce projet public.


Oui, deux jours après le début de mon Doctorat j'avais déjà cette envie de parler du Doctorat, de partager des galères que j'ai traversé pour y parvenir, mes questionnements et mes doutes. Pourquoi si tôt? Arrivée en fin de master, il a fallu se poser la question de l'après master : entrer sur le marché du travail ou poursuivre mes études dans un domaine précis ? La scientifique qui est en moi souhaitait approfondir ses connaissances tout en se laissant le temps de réfléchir sur ce que je souhaitais apporter à la société. L'un des choix qui se proposait naturellement à moi était le Doctorat, que je n'avais jamais envisagé et sur lequel je n'avais aucune information ou seulement quelques échos relativement repoussants. Pour m'aider dans cette prise de décision, j'aurais aimé obtenir davantage d'informations sur ce diplôme : les démarches administratives pour y accéder, son quotidien et tout ce qu'il pouvait m'apporter après son obtention. De plus, pendant mes différents stages, j'ai rencontré plusieurs doctorant-e-s. Malgré des échanges intéressants sur le sujet du Doctorat, c'était trop peu. J'ai tout de même décidé de continuer en Doctorat en février 2018, malgré des résultats moyens en licence et plutôt bon en master. Ce diplôme me semblait clairement inaccessible et l'idée que j'en avais était plutôt négative et pleine de préjugés. Je pensais réellement que ce diplôme était réservé à l'élite de la Nation, décidant pleinement de ne plus avoir de vie pendant au moins 3 ans et passant leurs journées enfermés dans un laboratoire. (SPOILER ALERT : CECI EST FAUX) Dépourvue d'informations alors que nous étions 58,836 doctorant-e-s inscrit dans la France entière en 2018-2019 (Note d'Information Janvier 2020) , je me suis vite aperçue du manque de médias parlant du Doctorat. J'ai également compris que ce manque d'informations était présent pendant toute ma scolarité. Bien évidemment les choses commencent à changer, et de très beaux médias spécialisés dans la Recherche et le Doctorat on vu le jour, mais ce sera le sujet d'un autre article. J'ai eu cette volonté de faire partie de l'aventure, de parler du Doctorat, même après 2 jours, je sentais que c'était LA bonne chose à faire.




17 mars, alerte confinement, twitter


Ce fameux 17 mars 2020, j'étais paniquée, complétement perdue, et la première chose que j'ai souhaité faire c'était de partager mon état d'esprit. Je connais twitter depuis très longtemps (i'm a gamer) et je savais qu'il y avait déjà une présence assez forte de doctorant-e-s. Il fallait que je tweet, que je partage mes pensées, mon ressenti :



6 mois plus tard, je me rend compte que ce "thread" était le début d'une GRANDE aventure. Ma chère Eva Petitdemange est venu toquée à la porte de mes mp (messages privés) ce soir là en me disant : "Coucou, je viens de re créer mon laboratoire virtuel grâce à la plateforme Discord, tu devrais essayer!" Et là, en 10 min top chrono, la plateforme PhD Students sur discord était lancée. Je pensais voir apparaître 10 ou peut être grand maximum 20 personnes, mais non.


Nous sommes aujourd'hui 627 membres sur ce "laboratoire virtuel". Certains ont soutenus depuis, certains ont commencé une thèse, d'autres sont en rédaction. Ce laboratoire virtuel nous a clairement permis de survivre pendant ce confinement. Il nous a permis de rencontrer des gens qui partageaient les mêmes craintes, les mêmes angoisses, même étant dans des disciplines totalement différentes. Il nous a permis de travailler à plusieurs grâce à des sessions POMODORO comme réalisées sur Thésez-vous, Des séminaires ont également vu le jour nous permettant d'en apprendre plus sur les neutrinos, internet et le féminisme, la psychologie des gamers, l'IA pour la prédiction d'évènements, l'étude d'une justice de paix sous la monarchie de juillet... et j'en passe. Ce discord a également permis la mise en place d'une plateforme d'échange d'outils IMMENSE. En regroupant toutes nos disciplines, on se rend compte que certains outils sont utiles et utilisées par beaucoup d'entre nous, là où certains outils sont inconnu selon nos domaines. En bref, cette plateforme est devenue une mine d'or d'échange, un espace bienveillant de travail et surtout l'occasion pour des doctorant-e-s isolé-e-s de rencontrer de nouvelles personnes et de lier des amitiés très fortes.


Eva, ma twins (septembre 2020) Crédit Photo : Louis Lefebvre


Lives YouTube #SOSTéléthèse, France Culture


Pendant ce confinement les choses se sont accélérées pour Bien Dans Ma Thèse. C'était simplement des podcasts au départ, destinés à informer et à partager des expériences de thèses. Très vite, les podcasts sont devenus des lives YouTube. Suite à la première diffusion du live YouTube #SOSTéléthèse au côté de Mathieu Rouault, Journaliste au Grand Labo. je me suis rendu compte qu'il y avait un réel besoin de parler du Doctorat. Vous étiez nombreuses et nombreux à répondre présent lors de ces lives, jusqu'au jour où Nicolas Martin m'a proposé d'intervenir lors de son émission La Méthode Scientifique. Du haut de ma deuxième année de Doctorat, j'ai essayé de transmettre nos inquiétudes partagées vis à vis de l'avancement de nos thèses, peu importe la discipline mais aussi de montrer le positif de toutes les actions menées pendant cette période de confinement. Je ne souhaite donc pas m'arrêter en si bon chemin, ce n'est que le début d'une belle aventure d'entrepreneuriat, une belle aventure humaine qui me tient à cœur. Grâce à votre soutien, la campagne de financement lancée le 17 aout dernier a atteint son objectif et m'a permis d'investir dans du matériel audio de meilleur qualité, ainsi qu'une caméra pour vous filmer des évènements sur le Doctorat, des vlogs de thèse, des vidéos de conseils etc...





Je suis très émue d'écrire ce premier article de blog. Je tenais vraiment à vous remercier, et j'espère sincèrement pouvoir amener ma petite pierre à l'édifice pour le bien du Doctorat, pour notre bien être mental, pour la reconnaissance de ce merveilleux diplôme, pour valoriser cette aventure humaine et scientifique unique.


N'hésitez pas à partager ce post !



856 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout